25/11/2006

La STIB...

Je suis revenu mardi 22/11/2006 le soir de Londres avec l'EUROSTAR.  Il était 22h35 quand le train est arrivé à Bruxelles-Midi.

 

Pour me rendre à Uccle je me suis décidé à prendre le tram. En arrivant à la staton de trams...le choc ! Saleté, pas d'information en temps réel sur l'arrivée des trams...enfin le contraire de ce qui arrive à Londres.

 

Je trouve cette état de choses à la STIB vraiment grave :

 

- la STIB n'a (toujours) pas réussi à donner plus d'information à un usager de tram que celle qu'un usagers du début du 20ème siècle aurait pu avoir, c-à-d celle qui lui a donnée un wattman (voire mon témoignage ci-dessus).

 

- la STIB porte ainsi un dommage considérable à l'image de Bruxelles. Il faut se rendre compte que les arrêts des transports publiques à la Gare de Midi sont fréquentés par des personnes qui viennent de l'étranger (Londres, Paris...). Drôle d'impression qui doit faire Bruxelles (et la Belgique) à ceux qui doivent utiliser les transports publiques bruwellois, et plus particulièrelent les trams.

 

- la STIB porte aussi un dommage (physique et psychique) aux voyageurs qui doivent se fourrer dans un  véhicule déjà complet parcequ'il ne savent pas d'il y aura un autre véhicule qui passera après (ceci est particulièrement vrais pour les trams).

 

- la STIB porte aussi un grave dommage (un manque à gangner) aux pauvres commerçants qui pourrait bénéficier de la visite d'un usager de la STIB qui sait qu'il a encore le temps d'acheter son journal (par example) en attendent son tram (par example).

 

- la STIB ne donne pas aux usagers l'information à la quelle ils en ont droit pour, par exemple, emprunter un autre itinéraire ou, un autre moyen de transport.

 

Finalement je voudrais vous faire partager un sentiment : je suis en mesure de me plaindre et de le faire avec des moyens modernes. Mais... quoi des personnes les plus faibles (viellards, enfants, etc.) qui sont virtuellement sans défense devant les situaions quer je viens de décrire ci-dessus ?

 

Voici donc quelques réflexions que je voulais partager avec vous.